Comment savoir si un café torréfié est de bonne qualité ?

café torréfié

Pour choisir votre café, plusieurs critères sont à prendre en compte. Un café de bonne qualité a une saveur douce. Son arôme et son acidité sont bien équilibrés. Un bon café torréfié n’a aucun goût de brûlé. Il n’est ni carbonisé, ni amer. Quand on en boit, ses saveurs terreuses, florales ou fruitées sont ressenties agréablement sur votre langue.

Les différentes étapes pour torréfier le café

La première torréfaction remonte au 14e siècle. Ce sont les Égyptiens qui eurent découvert ce processus par hasard. La torréfaction consiste à griller directement un aliment sur le feu, ou à l’exposer à une autre source de chaleur importante, afin de développer les arômes. En ce qui concerne le café du Costa Rica, on torréfie les grains crus dans un grand récipient en forme de cylindre et d’un tambour doté de pales métalliques. Ces accessoires tournent continuellement, afin que les grains soient bien mélangés et torréfiés uniformément. Le torréfacteur qui a du savoir-faire et des expériences chauffe les graines du café à plus de 220°C. L’eau qu’elles contiennent s’évapore en libérant de l’huile aromatique. Pour faciliter l’irradiation de la chaleur, la torréfaction se passe dans un four en briques constitué des dalles réfractaires. Les fèves ainsi traitées subissent une rapide transformation. Elles peuvent perdre jusqu’à 20 % du poids initial et doublent leur volume. Selon les méthodes utilisées, elles changent de couleur, du vert un peu pâle au brun foncé. Quinze minutes suffisent à obtenir un parfait café du Costa Rica torréfié.

Les critères pour reconnaître un bon café torréfié

Actuellement, plus de quatre-vingts pays mondiaux sont des producteurs de café. On peut trouver le meilleur comme le pire. Un café de meilleure qualité n’est pas brillant ni huileux et n’est pas exposé au soleil. Après l’instant où on l’a moulu, il n’émet des senteurs que pendant deux mois, au plus. Cependant, un bon café est frais et doit conserver son arôme. Il est alors judicieux d’acheter des grains torréfiés et d’avoir une machine à café chez soi pour les moudre. Toutefois, il est important de bien les choisir. Le terroir donne sa particularité au café, lacté et épicé pour l’Inde, fruité et floral pour l’Éthiopie, amande et douceur pour le Brésil. Tandis qu’au café du Costa Rica, il est réputé pour son goût sans pareil. Il se trouve parmi les meilleurs cafés qui existent. Les bons grains de café torréfiés ne présentent aucune brisure et leur couleur est homogène. Ils s’effritent facilement quand on les transforme en poudre. Après la torréfaction, les fèves doivent subsister. Si tous ces critères sont remplis, vous avez trouvé le bon café.

Le café du Costa Rica

La culture de café a permis au Costa Rica de sortir du sous-développement. Les Costaricains exportent plus de quatre-vingt-dix pour-cent de ses productions de café vers les États-Unis, l’Europe et surtout en France. Ils se positionnent, plus sur la qualité que sur la productivité intensive, en respectant l’environnement. Après le tourisme, le café est leur deuxième ressource économique du pays. Nul endroit dans le monde n’atteint leur productivité. Son emplacement géographique et les conditions favorables à la culture des caféiers expliquent ce rendement. La Meseta Central ou les hauts plateaux sont une zone volcanique qui se trouve à plus de mille mètres de hauteur. La majeure partie de la plantation se situe à cet endroit. Il est à savoir que le café se développe bien sur le sol volcanique d’altitude et de la température tropicale. C’est pourquoi la production de café du Costa Rica est très florissante. Les grains qu’on y récolte libèrent également plus d’arôme, mais moins de caféine que ceux qui sont plantés dans d’autres endroits. L’aspect et le goût unique du café qui vient de ce pays lui confèrent sa position pour l’un des meilleurs sur le marché mondial.

Foire aux vins : informations pratiques
Trouver une sélection de vins naturels et vivants en ligne